Ostéopathie

Dans le langage courant, on attribue souvent le nom de sciatique à une douleur aigüe suivant un trajet précis depuis la fesse, l’arrière de la cuisse, le mollet et éventuellement le pied. Cependant, ce type de douleur peut être le symptôme de situations différentes et donc faire l’objet de prises en charges différentes.

Dans les faits, il existe deux termes pour désigner des douleurs qui se ressemblent : sciatique et sciatalgie. Dans les deux cas, la douleur provient du nerf sciatique. Ce nerf est très important car il permet la contraction d’une grande partie des muscles du membre inférieur, il est donc impliqué dans toutes les activités quotidiennes dont la marche, le passage de la position assise à debout et vice versa, la montée ou descente des escaliers, etc. Quand un nerf souffre, il émet un message douloureux selon un schéma qui lui est spécifique, c’est ainsi que l’on peut identifier quel nerf souffre. 

Sciatique et sciatalgie se différencient par l’étiologie de la souffrance. On parle de radiculalgie et de syndrome tronculaire. La sciatique est une radiculalgie du nerf sciatique, cela signifie que le nerf est en souffrance, en général par compression, au niveau de sa racine. La racine d’un nerf est la partie du nerf qui émerge de la moelle épinière, un nerf à plusieurs racines désignées par les étages vertébraux desquels sortent ces dernières. Ainsi, le nerf sciatique comporte 2 racines lombaires (L4 et L5) et trois racines issues du sacrum (S1 à S3). Compte tenu de l’anatomie des zones d’émergence, on recense deux racines pouvant être comprimées : L5 et S1.

Dans le cas d’une sciatalgie (douleur du nerf sciatique) tronculaire, la douleur du nerf peut provenir de n’importe quelle partie du nerf après le regroupement des racines pour former le nerf. Ainsi, les sciatalgies tronculaires présentent des signes moins précis, on parle souvent de « sciatique tronquée », la douleur peut être plus diffuse ou recouvrir des zones associées à L5 et à S1 simultanément.

Le traitement de ces douleurs consiste à identifier quel est la cause de la souffrance du nerf. Dans le cas d’une sciatique (souffrance au niveau d’une racine), la situation la plus courante est la hernie discale qui comprime la racine à son émergence, ce n’est cependant pas la seule cause possible. Dans le cas d’une sciatalgie tronculaire, les zones de compression peuvent être multiples et doivent être identifiées par le praticien au moyen des tests adéquats. Une cause fréquente de sciatalgie tronculaire est la compression du nerf sciatique par le muscle piriforme, muscle de la fesse, mais c’est loin d’être la seule.

Comme vous l’aurez compris, des douleurs semblables cachent souvent des causes fort différentes. Il est important de souligner que les douleurs de type « sciatiques » ne doivent pas être minimisées et peuvent nécessiter l’intervention d’un médecin et de l’imagerie médicale. Toutefois, le plus souvent, elles ne relèvent pas de la chirurgie ni de la médecine allopathique. C’est alors qu’elles peuvent être prises en charge en ostéopathie. Pour ce faire, l’ostéopathe s’attachera à identifier la ou les causes de la compression du nerf au moyen de batteries de tests adaptés. Ensuite, il mettra en place un traitement ostéopathique spécifique en accord avec le patient.


Articles similaires

Réalisation & référencement Site web responsive   |   Ce site a été proposé par MES OSTEOS

Connexion