Ostéopathie

Continuons notre découverte du système nerveux autonome. Dans le précédent article, vous avez compris que ce système est au cœur du fonctionnement de notre organisme et qu’il n’est pas activé par notre volonté. Nous allons maintenant aborder son anatomie.

Anatomie du système nerveux sympathique

Le système nerveux sympathiquesystème nerveux en charge de l’adaptation aux situations d’urgence, aux stress en général, présente la particularité de ne pas prendre naissance dans le cerveau mais dans la moelle épinière. Il est constitué d’un certain nombre de nerfs qui vont agir sur plusieurs organes. Pour atteindre les organes qu’ils pilotent, les nerfs sympathiques répondent tous au même schéma. Chaque rameau nerveux (appelé racine) est issu d’une section de moelle épinière – appelée métamère - identifiée par l’étage vertébral auquel elle se rapporte. La racine va sortir du rachis entre deux vertèbres dont celle correspondant à son métamère. Ainsi, la racine du métamère T12 va sortir du rachis entre les vertèbres T12 et L1 (douzième thoracique et première lombaire). Chaque racine va ensuite faire synapse (passer le relais) avec un neurone secondaire dans un ganglion placé juste à côté des vertèbres. Enfin, les neurones secondaires se regroupent pour former des nerfs qui vont cheminer jusqu’aux organes dont ils s’occupent : à gauche sur le dessin (violet).

Par ailleurs, le système nerveux sympathique agit au travers des glandes surrénales qui sécrètent de l’adrénaline sur stimulation du sympathique.

Anatomie du système nerveux parasympathique

Le système nerveux parasympathique est issu en partie du cerveau et en partie de la région terminale de la moelle épinière. Ainsi, sympathique et parasympathique ne cohabitent pas au niveau du système nerveux central. Le système nerveux parasympathique est représenté par un nombre plus restreint de nerfs. Le plus polyvalent est le nerf vague (nerf crânien N° X) qui intervient dans de nombreuses fonctions vitales. D’autres nerfs ont en charge les sécrétions oculaires, salivaires, nasales et les nerfs issus du plexus hypogastrique (à la fin de la moelle) ont en charge une partie du tube digestif et les organes du petit bassin. Le nerf vague à lui seul contrôle l’activité du cœur, des poumons, de l’estomac, du tube digestif, du pancréas, des reins et des surrénales. Il naît dans le crâne et chemine ensuite dans le cou en compagnie de l’artère carotide. Puis, il s’accole à l’œsophage pour parcourir le thorax et traverser le diaphragme. Ce nerf forme également plusieurs ganglions localisés le long de certaines vertèbres cervicales, dorsales, ou encore en rapport avec l’aorte abdominale. 


Articles similaires

Réalisation & référencement Site web responsive

Connexion