Anatomie

Nous savons tous que le foie est un organe important dans le fonctionnement de notre organisme, vital même. Nous l’assimilons souvent à un organe de la digestion mais il est en fait bien plus que cela et mérite que nous nous y attardions un peu.

Notions d’anatomie du foie

Le foie est l’organe le plus lourd avec un poids de 1,5kg lorsqu’il est rempli de sang. Il se loge dans la cavité abdominale sous le diaphragme auquel il est attaché par des ligaments. Un foie en bonne santé est intégralement recouvert par les côtes dans sa partie droite. Positionné majoritairement à droite, son lobe gauche traverse toutefois la ligne médiane du corps. Les deux tiers de l’apport sanguin au foie sont issus de la veine porte qui collecte le sang du tube digestif, le dernier tiers provient de l’artère hépatique. Comme tous les organes, il est innervé par le système nerveux autonome (cf. les articles sur le SNA).

Physiologie du foie

Le foie remplit quatre grandes fonctions : synthèse et stockage de protéines, lipides, glucides, détoxification, métabolisation des déchets, production et excrétion de la bile. 

La synthèse de protéines, lipides et glucides

Le foie synthétise plusieurs types de protéines, la plus importante étant l’albumine. Cette protéine, dite plasmatique, a un rôle de régulation de l’eau dans le corps. Il produit également des protéines indispensables à la coagulation sanguine, appelés cofacteurs de coagulation, et diverses enzymes intervenant dans de nombreux processus de l’organisme.

Le foie synthétise les deux tiers du cholestérol que nous utilisons, le tiers restant étant issu de l’alimentation. Certes l’excès de cholestérol est associé à des risques cardio-vasculaires, cependant, le cholestérol est une molécule indispensable au renouvellement cellulaire ainsi qu’à la production de certaines hormones. Il stocke également les vitamines A, D, E et K.

Enfin, le foie synthétise des glucides complexes et des triglycérides à partir des produits de notre alimentation. Il stocke ensuite ces molécules pour pouvoir les utiliser quand l’organisme en a besoin. Par exemple, entre les repas, le relargage de glucides par le foie dans le sang permet de maintenir un apport de « carburant » constant au cerveau gros consommateur.

La détoxification

Les médicaments, les polluants divers que nous ingérons ou respirons et qui passent dans le sang seront soit directement éliminés par les reins s’ils sont solubles dans l’eau, soit ils devront être transformés à l’aide d’enzymes avant de pouvoir être éliminés s’ils sont solubles dans les corps gras. Ces enzymes sont majoritairement présentes dans le foie mais aussi dans les poumons, les reins, les intestins.

La métabolisation des déchets

Le fonctionnement de notre organisme produit un certain nombre de déchets qu’il faut éliminer en particulier l’ammoniac résultant de la dégradation des protéines et la bilirubine résultant de la destruction des cellules sanguines dans le cadre de leur cycle de renouvellement. Le foie transforme l’ammoniac en excès, très toxique, en urée qui sera éliminée par les reins. La bilirubine, elle, est produite par la rate et transformée par le foie pour être éliminée via la bile.

La production et excrétion de la bile

La bile est une combinaison de sels biliaires et des déchets et toxines rejetés par le foie. Les sels biliaires sont produits à partir du cholestérol. Ils facilitent la digestion des lipides en les émulsionnant et évitent que le cholestérol en excès excrété dans la bile ne précipite dans les voies biliaire ou la vésicule biliaire et forme ainsi ces calculs hépatiques. La bile est produite en continu à raison d’environ 600 ml par jour. Elle est stockée dans la vésicule biliaire. La vésicule se contracte quand des lipides contactent la paroi du duodénum ce qui a pour effet de déverser la bile qui va favoriser leur digestion.


Articles similaires

Réalisation & référencement Site web responsive

Connexion